7 février 2023
Non classé

Arrestations arbitraires ?

On pourrait s’interroger : les dirigeants du Hamas, en particulier ceux victimes d’une « arrestation arbitraire » décidée et menée par Israël, approuvent-ils ou non le bombardement quotidien de Sdérot, bombardement qui a fait une nouvelle victime dimanche 27 mai ? Ont-ils les moyens de les empêcher ? Sont-ils les commanditaires de ces exploits guerriers?
TF1 proteste : Comment ! Israël arrête des chefs Hamas ?! C’est arbitraire !
C’est donc scandaleux pour la rédaction de ce média. En d’autres termes, la logique voudrait, si on la suit, que l’on exige du gouvernement israélien qu’il libère ces prisonniers de marque, tous hauts dirigeants, dont des ministres du gouvernement du Hamas.

Lundi 21 mai, un dirigeant du Hamas, Nizhar Riyah, a rappelé l’objectif de son organisation, et ce pourquoi les bombardements quotidiens de Sdérot continueront coûte que coûte :

« Hamas est déterminé à rayer Israël de la carte et à le remplacer par l’état de Palestine. Hamas poursuivra ses tirs jusqu’au départ du dernier Juif de Sderot, Ashkelon et de toute la Palestine »
(« toute la Palestine » incluant l’état d’Israël).

En d’autres termes, le Hamas gouvernemental mène une guerre destinée à obtenir l’annulation des décisions de la SDN en 1920 et de l’ONU en 1948. Pour cela, les hommes arrêtés ces derniers jours laissent volontairement des snippers de leur organisation, armés de roquettes, prendre pour cible, chaque jour, une ville de 20000 habitants pour pourrir la vie de ses habitants et les obliger à fuir.

Pour la rédaction de TF1, le Hamas possède tous les droits et dispose de la légitimité exclusive. Il a le droit de déchaîner la guerre et, néanmoins, il doit bénéficier de l’habeas corpus. Ses victimes doivent subir bien sagement. Israël doit accepter les bombardements quotidiens, comme il doit accepter l’enlèvement de ses soldats qu’aucune organisation humanitaire type croix rouge n’est autorisée à s’assurer de la manière dont ils sont traités. Mais peut-être que la rédaction de TF1 et les journalistes sautilleurs* qui peuplent les rédactions bien pensantes veulent dire qu’Israël doit s’en remettre à la communauté internationale pour régler les problèmes ? Qu’elle doit seulement demander que des forces de l’ONU s’installent au nord de Gaza pour veiller à ce que les snippers du Hamas cessent leurs tirs quotidiens ?

On voit comment les Darfouri, victimes de la guerre que leur mènent les fanatiques de la charia intégrale et obligatoire pour tous, qui siègent au gouvernement de Khartoum, soutenus par la Ligue arabe et ses alliés et des compagnons de routes « anti impérialistes », sont efficacement protégés.
Les Darfouri, n’étant pas les « victimes » d’Israël, la dite communauté ne peut pas grand-chose pour eux, malgré 200 à 400 mille victimes civiles et 2,5 millions de personnes déplacées en quatre ans.

Notes


* les journalistes sautilleurs sont ces hommes et ces femmes de médias dont l’adolescence et la post adolescence estudiantine leur a fait connaître l’expérience des rangs de la ligue dite communiste et prétendument révolutionnaire.
Au cours de la fin des années soixante et du début des années soixante dix, ce courant politique se singularisait, dans les manifestations, par le folklore si spécifique du sautillement sur place de ses rangs, scandant, soit « O-O-O- O Chi Min ! FLN vaincra ! » ; Puis, après la fin de la guerre du Vietnam : « Palestine vaincra ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :