14 août 2020

De la partialité made in Médiapart comme symptôme d’affolement

Sous couvert de “journalisme d’investigation” il s’agit bien plutôt (à un premier niveau) d’enfoncer (à nouveau) des portes ouvertes ou de s’abaisser à collecter les ragots comme le démontre leur dernier article à charge contre Didier Raoult : s’agissant du premier point le fait que des “patrons”(au sens large) puissent être égocentriques et que certains doctorants-chercheurs s’en trouvent frustrés, bienvenue au Club ; ou que des articles soient plutôt empiriques (donc descriptifs) que théoriques (hypothético-déductifs) tout est une question d’approche épistémologique (d’où l’incongruité de se moquer de Raoult qui “collectionnerait des bactéries à la façon de timbres“…) ce que rappelle Jean-Dominique Michel, et en plus rien de nouveau sous le soleil…

Le plus “drôle” s’avère que dans certaines revues, en l’occurrence en sciences sociales, le “descriptif” reste très vertement conseillé, l’hypothético-déductif (l’explicatif ou normatif) n’ayant pas sa place puisque tout aurait été trouvé conceptuellement : domination, néo-libéralisme, islamophobie, le tour est joué, il suffit donc de les décliner empiriquement et gare à ceux qui remettraient en cause le flou de ces “concepts”, par exemple en supposant que ledit “réfugié”soudanais ayant assassiné et blessé dernièrement ait des mobiles motivés religieusement et politiquement impliquant que son geste ne soit pas la principale résultante d’une phobie du confinement ; or le fait d’énoncer seulement cela ne serait-ce qu’en hypothèse (chose que l’on somme de produire à l’inverse du côté des adversaires de Raoult) équivaut pour les Mucchielli et Plenel etc qui font la pluie et le beau temps dans les médias mainstream à quasiment fabriquer des énoncés “biaisés” au mieux, d’ “extrême droite” ou “populiste” de manière courante.

Faisons alors un pas de plus (second niveau): pourquoi un tel article maintenant? Parce que dans ce cas il faudrait tout mettre sur la table, partout en général (Raymond Aron ne fut pas tendre avec l’autoritarisme d’un Pierre Bourdieu dans ses Mémoires) et surtout, en particulier, comme la diabolisation, “biaisée”, du protocole de Raoult défendu (entre-autres) par le professeur Perronne de Garches (est-il lui aussi menteur et falsificateur de “données”?…).

Par ailleurs, jamais Didier Raoult n’a, semble-t-il, mis en cause le fait que toute “grippette” ne tuerait pas ou peu, il a, au contraire, souligné que sous ce vague terme passe partout les infections virales tuent justement des centaines de milliers de personnes par an (sans parler des infections pulmonaires plus précisément) et que l’on n’y prêtait pas suffisamment attention, d’où son idée  (datant de…2003) de multiplier en France et dans le monde des centres comme le sien… Une proposition évidemment ambitieuse donc nécessairement égocentrique (égotiste aussi ?) originale en tout cas, sortant de l’académisme -très apprécié ces temps-ci remarquons-le, alors que les canons hégémoniques sont généralement critiqués par les “avant-gardes” (surtout autoproclamées…)..

Laissons cela aussi, pour prêter seulement attention sur ce qui se passe actuellement concernant ladite “crise” sanitaire : le confinement est un échec, car seuls les pays ayant eu au départ un bon système de santé et une bonne stratégie épidémiologique -(dépistage et prise en charge des plus atteints du fait des effets occurrents pour les 2 à 5% des cas : gastro, migraine, pneumonie, difficultés respiratoires…)- s’en sortent réellement ; par ailleurs les chiffres semblent manipulés (on mélangerait tout selon plusieurs témoignages: compte-t-on ceux morts avec ou seulement du Covid-19 ?) de telle sorte que leur gonflement vespéral quotidien viserait en fait certes à faire peur (“restez chez vous”manants ! Car l’argent qui devait servir à la santé à été dépensé pour autre chose (?) voir rapports de la Cour des Comptes servant à caler les bureaux bancals…) et viserait aussi à abattre ceux (en particulier Trump Johnson Bolsonaro…)  qui étaient plutôt pour l’immunité collective alors qu’un Eric Le Boucher des Echos en vient à indiquer, du fait de l’échec même du confinement qu’il “faut revenir à la stratégie de l’immunité collective”!!! Va savoir Charles…

Mais laissons cela également, que du “descriptif” au fond, pouah, mains sales et dix de der (mais avec ses répercussions, pénales sans doute à terme, tant l’impéritie gouvernementale est effroyable si l’on y réfléchit bien…).

Tentons plutôt d’esquisser maintenant une hypothèse visant à comprendre pourquoi les néo-tchékistes de Médiapart et leurs congénères bobo relativistes de Libé, du Monde, du Figaro (à l’exception de Vox) sans parler de BFMTV (quasiment au-dessus du lot avec le néo-De La Palice-Alain Duhamel : “car un quart d’heure avant sa mort  il était encore vivant“) tous ces pistolero font feu de tout bois aussi pour une autre raison, plus implicite mais cruciale (sans oublier le fait constant planté en décor stipulant que tous ceux ne pensant pas comme eux sont “d’extrême-droite, populistes, complotistes climato-sceptiques…” etc, vieille tactique stalinienne qui avait amené…Hitler au pouvoir…) ces (petites) lames s’acharnent donc sans état d’âme sur Sieur Raoult (comme ils se sont acharnés sur Sylvain Gouguenheim et tant d’autres…) parce qu’ils s’affolent de plus en plus en voyant que les chiffres mondiaux de cette (énième) pandémie ne s’emballent pas tant que cela alors que cela fait bien quatre mois maintenant (eu regard au 650.000 morts annuels de la “grippe saisonnière”).

Or, si ces chiffres se tassent d’ici quelques jours -alors que les dizaines de millions de morts annoncés ne sont toujours pas en route, la remise en cause de cette modélisation aventureuse et leurs projections “exponentielles” auront nécessairement des retombées, indirectes mais quand même, sur la réfutation (pardon, sur la “falsification” dirait Morin lisant Popper) du catastrophisme écologiste qui repose sur les mêmes paradigmes rigides de supputations hyperboliques ; certes, avec quelques “freinages” probabilistes (pondération factorielle) mais qui restent aléatoires tant les boucles de rétroaction restent innombrables, surtout lorsque tout cela veut être calculé mondialement (or, qui peut par exemple modéliser la prochaine secousse sismique et ses répercussions en terme non seulement de tsunami mais de taille ?…) les hyper-cyclones promis (la tempête du siècle avait même tonné Trump pour le dernier ouragan) n’ont guère eu de répercussions tangibles. Marcel Leroux avait déjà critiqué ce mondialisme tant les simulations climatiques doivent être d’abord calculées localement…

Mais laissons cela aux spécialistes après tout là aussi… En fait  les idéologues néo-léninistes et postmodernistes recyclés dans le catastrophisme s’aperçoivent avec horreur (et cynisme) que cette “pandémie” ne va pas assez fort,  pas assez vite (les morts indiens et africains sont infimes par exemple) ils ont beau certes se rassurer en disant que cela va venir (le fameux “devant eux”) sauf qu’ils frémissent d’impatience alors qu’ils étaient en train de grignoter des parts de marché non négligeables avec le gâteau climatique et ce d’autant plus que le confinement réalise, indirectement, mais tout de même, leurs espoirs les plus fous : arrêter la société de consommation en appuyant sur le bouton nommé État alors que tout le monde pensait qu’il n’était plus raccordé à rien (ce qui n’est cependant pas faux en matière de santé dans certains pays…), surprise cela fonctionne bien, la répression tourne par exemple à plein régime, et les médias aux ordres avec leurs oiseaux de mauvais augure appelés encore “artistes” jouent à merveille le rôle de la mauvaise conscience à chaque fois que l’on met un pied dehors (“criminel”! “criminel”!).

D’où alors l’idée de dégommer et fissa tous ceux qui seraient susceptibles de gagner eux aussi en part de marché médiatique au cas où les modèles épidémiologiques s’effondrent entraînant avec eux les modèles climatiques ; or, des centaines de milliers de milliards de dollars et d’euros sont en jeu sous le couvert de “la THE transition” écologique, faisant fi des manques cruciaux nationaux et mondiaux, dans tous les domaines, ce que cette crise sanitaire dévoile aussi sûrement qu’une marée basse.

Mais cachons ce sein que je ne saurais voir, mettons la poussière sous le tapis et ainsi de suite appelons au durcissement du confinement ou alors à cette future machine à gaz dite du « déconfinement » mais, d’abord, abattons ceux qui nous feraient de l’ombre, principe de précaution oblige. Voilà l’hypothèse sous-jacente à la hargne anti-Raoult (catalogué climato-sceptique ne l’oublions pas parce que mettant en doute la modélisation à outrance et non pas le fait de produire plus en qualité qu’en quantité).  Théorie à falsifier bien entendu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *