18 juin 2021

Le Hamas, piloté par les khomeynistes, symbole de la paix impossible

Il est bien dommage que ce qui se déroule si tragiquement là-bas soit seulement accaparé par la mouvance alter-islamique castriste et mélenchono-chaveziste alors que cette situation cornélienne symbolise si étroitement ce qui s’amorce ici en France et en Occident ou le djihadisme  de moins en moins à  bas bruit : l’islam est si “dominateur et sûr de soi” -(pour reprendre cette sentence gaulliste envers Israël une expression de 67 qui attrista  Raymond Aron alors que ce dernier l’avait  soutenu  contre Jacques Soustelle en 58 mais si malencontreusement au vu des résultats ultérieurs, j’en parle ici) qu’il n’a (eu) que faire de tous ces pré “accommodements raisonnables” et autres accords d’Évian tant l’idée était moins de “libérer” cette terre Amazigh que de la soumettre à nouveau, comme cela a été également le cas en Israël qui fut tout d’abord envahi on l’oublie toujours par les Arabo-musulmans (qui n’avaient rien à voir avec les philistins ou “peuples de la mer” de l’époque) après avoir été écrasé par Rome.

Car cette religion, dans son courant toujours dominant et revivifié par le wahhabisme et le khomeynisme, est bien plus intéressée à utiliser l’énergie de la foi pour s’imposer à nouveau par la force alors qu’elle prétendait apporter quelque chose de “supérieur” aux religions et sagesses l’ayant précédées quant à l’amour et la liberté (c’est d’ailleurs toujours son affichage officiel) .

Aussi, et succinctement focalisé, l’effort, naguère, de Sharon à croire qu’il “fallait”partir au préalable de Gaza pour instaurer un “dialogue” (à moins qu’il ait voulu en montrer l’impossibilité avant de sombrer dans la maladie?) s’est avéré erroné (d’où l’exaspération aujourd’hui d’une population à fleur de peau sous roquette incessante) tant d’une part un Hamas ayant eu en exemple (à l’instar du Fatah également) la façon dont le F.L.N en “Algérie” aura triomphé politiquement (alors qu’il était battu militairement, un F.L.N qui en 1965 entraîna les premiers fedayins) ne voudra jamais céder ; une telle conviction s’avère renforcée d’autre part par les atermoiements d’une classe politique israélienne ultra-divisée et prise entre deux feux : la fermeté, ce qui veut dire à terme une guerre terminale avec le Hamas, ou la fuite à nouveau en quittant les villes proches de Gaza ce qui ne ferait que reculer pour mieux sauter.

De manière plus globale il semble bien qu’Israël s’éloigne du sionisme fondateur pour accepter par clientélisme et aussi glissement philosophique des injonctions pacifistes et/ou religieuses (certains refusant par exemple d’aller au feu plus d’un tiers de la jeunesse) tout en communautarisant paradoxalement la nation israélienne qui n’avait peut-être pas besoin de s’intituler de manière si politicienne “Etat juif” (afin de rallier les partis religieux pour le Likoud), et ce même si en face l’on insiste toujours à se nommer “État arabe”, du moins si l’on désirait faire en sorte que les jeunes palestiniens israéliens adhèrent de plus en plus à la Constitution israélienne, jusqu’à d’ailleurs refuser d’être imbriqués territorialement à un futur État “palestinien” tant ils refusent de perdre ces “acquis civilisationnels” indiscutablement démocratiques et non pas claniques et mafieux comme c’est toujours le cas du côté O.L.P soutenu par l’Occident et l’ONU la corde au cou creusant ainsi leur propre tombe…

Pendant ce temps les “palestinistes” et leur cinquième colonne créent des bains de sang à Gaza comme à Sétif en 47, empêchent ainsi que la réelle histoire de cette région soit “racontée aux enfants”, de même que celle de l’Afrique du Nord (et, d’ailleurs, quid des réalisations turques dans cette contrée ?) sans oublier l’effacement de l’esclavage dans son volet arabo-musulman (alors qu’il n’y a pas de passé esclavagiste juif).

Aussi ceux qui pensent pouvoir faire l’impasse sur le fait de penser ce conflit en considérant que l’on ne doit pas “l’importer” n’ont hélas pas vu que “tout se tient” en politique… Sauf à renouer avec des accointances et autres admirations dont un “Buisson” se fait (toujours) aujourd’hui l’écho…

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :