Tête de réseau

Sinon, ils se garderaient de dire pis que pendre de Soha Bechara et de la présenter comme une « terroriste » et une « criminelle avérée« .

La journaliste ne peut cependant cacher à ses lecteurs que celle qu’elle présente avec un euphémisme habituel comme une « ex-militante libanaise » (la militante s’en sort bien, songez qu’elle aurait pu être traitée d’activiste…) avait tenté d’assassiner le général Antoine Lahad, chef de l’Armée du Liban Sud (ALS), «supplétive d’Israël».


La dame du lac indique également sans sourciller que sa protégée considère le Hezbollah comme un « mouvement de résistance« . Celui-ci s’en sort également pas mal puisqu’il n’est pas considéré comme « supplétif » de la Syrie ou de l’Iran.


Et c’est ici que l’on apprend que la malheureuse ex-militante serait la cible d’une alliance réunissant «islamophobes d’extrême droite, membres de la droite nationaliste helvètes et des personnalités isolées de la communauté juive».


Ces brutes patentées, incapables de saisir comme dame Duparc la complexité des choses, ont osé critiquer la Télévision Suisse Romande pour avoir diffusé un reportage dans lequel l’ex militante cornaquait les journalistes auprès du Hezbollah et qui, selon ces paranoïaques dangereux, ne présentait pas les garanties idéales d’objectivité.


«J’ai compris qu’il s’agissait d’un réseau» explique « l’ex militante » (décidément, j’adore cette expression).


Et c’est là que tout s’éclaire. Souvenez-vous, dans mon avant-dernier blog-notes, je m’étonnais qu’un institut scolaire public toulousain ait invité la militante libanaise, pas si retraitée que cela, car elle profita de l’occasion pour déclarer que « si elle avait été palestinienne elle se serait réjouie de l’enlèvement des soldats israéliens« ….

Alors, comme un démocrate humaniste ne saurait regarder Soha qu’avec une révérente tendresse, je dois être un nationaliste helvète isolé au coeur d’un réseau.


N B. : et dire que Mme Duparc succède à l’admirable et regrettée Isabelle Vichniac, épouse de mon défunt ami Jacques Givet. Il est vrai qu’ils n’avaient sans doute pas son sens aigu de la complexité.

Gilles William Goldnadel 11/4/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

846 vues

Tous les articles de Gilles William Goldnadel

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.