6 février 2023
Non classé

Je suis la femme du gendarme qui a été tué, Raphaël CLIN

Le collègue qui était avec lui leur demandait d’aller chercher du secours mais pas un n’a bougé.

Quand je suis arrivée à l’hôpital il y avait plein de monde, des gens de la famille de ce chauffard. Ils injuriaient les gendarmes et quand on nous a dit que mon mari était mort, ils avaient tous le sourire et ont crié victoire d’avoir tué un gendarme et de surcroît BLANC.

Vous rendez-vous compte de la mentalité des gens d’ici (une minorité, mais une grosse minorité). Comment voulez-vous que l’ile ne coule pas ? Ces gens font tout pour détruire votre belle île. LES VRAIS SAINT MARTINOIS BATTEZ VOUS POUR VOTRE ILE SINON BIENTOT ELLE SERA PERDUE.

Mon mari était un modèle d’intégration, un des rares gendarmes blancs à parler le créole. Même à Sandy Ground les jeunes lui disaient « t’es bien le blanc ». C’était le mari le plus attentionné, le plus merveilleux et le papa le plus chouette au monde (et oui, il avait une belle petite fille de 4 ans). Et croyez moi, je ne le dis pas parce qu’il est mort, je lui disais tous les jours : UNE PERSONNE EN OR.
VOILA DANS QUELLE SOUFFRANCE EST PARTI MON MARI. BRAVO LE RACISME !

LA FEMME MEURTRIE DU GENDARME RAPHAÊL LE PLUS BEL HOMME DU MONDE.

Voir aussi :

> Lettre ouverte à Madame le Ministre de la Défense
> Lettre ouverte au Président de la ligue des droits de l’homme
> Lettre ouverte au Président de MRAP
> Lettre ouverte au Président de SOS Racisme

Lire également l’éditorial de Denis Greslin du site Occidentalis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :