7 février 2023
Non classé

Abdul Rahman réfugié religieux en Italie

En réalité son emprisonnement, puis son jugement selon la charia, loi islamique, qui, en Afghanistan veut que l’apostasie soit passible de la peine de mort, avaient provoqué les protestations de la plupart des dirigeants occidentaux. Le respect des droits de l’homme est pourtant inscrit dans la Constitution afghane de 2004, tout comme la liberté de religion…mais il semble qu’en cas de conversion d’un musulman à une autre religion, c’est la version dure de la charia qui prévaut.

Cette affaire a placé le Président afghan dans une situation très inconfortable étant donné que Georges Bush, bailleur de fonds de l’Afghanistan, réclamait très fermement la libération d’Abdul Rahman, et que nombre de responsables religieux afghans exigeaient que celui-ci soit mis à mort.
Dans un tel contexte il était évident qu’après sa libération celui qui est devenu un paria religieux menacé de mort ne pouvait rester dans son pays. L’Allemagne, où il a vécu de longues années, et l’Italie avaient proposé de l’accueillir et c’est finalement pour Rome qu’il est parti.
Pris en charge par l’ONU avant son départ, il avait dû être caché. Il est d’ailleurs toujours caché en Italie.

Le quotidien allemand Der Spiegel a dressé un tableau très sombre du sort des chrétiens afghans qui sont contraints de taire leur foi et vivent dans la crainte depuis la prise du pouvoir par les Taliban au milieu des années 1990. Il y avait eu alors une répression sauvage à leur encontre et nombre de convertis avaient été assassinés. Toutes les églises d’Afghanistan avaient alors été rasées et seule subsiste l’église située dans les jardins de l’Ambassade d’Italie à Kabul.
Mais la situation des chrétiens n’a guère changé depuis la chute des Taliban. Et, selon Der Spiegel, c’est dans la plus grande discrétion que même les chrétiens philippins qui vivent à Kabul, sont contraints de pratiquer leur religion. La population chrétienne afghane serait d’un ou deux milliers de personnes.

L’exil forcé d’Abdul Rahman est d’autant plus affligeant que c’est justement parce qu’il avait voulu reprendre la garde de ses deux filles que sa famille l’a dénoncé pour apostasie. Il semble en effet désormais peu vraisemblable qu’il puisse les revoir dans un avenir proche…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :