7 février 2023
Non classé

Morts de la plage de Gaza: Une vidéo palestinienne truquée

Ci-après, la durée des images introduites frauduleusement dans la séquence vidéo :

00 – :32 secondes : Le clip de PA TV débute par une scène montrant le bateau lance-missiles tirant vers la côte de Gaza. Une séquence audio de sirènes d’ambulances est ajoutée pour créer l’impression fallacieuse que le bateau tirait au moment où les ambulances étaient sur les lieux.
0:32 – 1:05 : On passe directement à la scène des victimes, pour créer un lien fallacieux entre les deux actions.
1:05 – 1:09 : La prise de vues revient au vaisseau et montre un marin regardant vers la plage à la jumelle, créant à nouveau l’impression qu’il regarde l’évacuation des victimes.
1:09 – 2:00 : La scène de l’évacuation continue et se termine par le mot “Pourquoi ?” inscrit sur l’écran, uniquement en anglais, indiquant que la cible de cette intoxication est une audience étrangère, vraisemblablement les médias.

Bien entendu, la vidéo de la marine israélienne n’avait aucun rapport avec les morts de la plage. En effet, réalisée plus tôt dans la journée, elle avait déjà été diffusée aux médias et sur Internet par l’armée israélienne elle-même, à 16h, une heure avant le carnage.

Commentaire de PMW : Il convient de noter que non seulement la vidéo est falsifiée, mais que la scène de la plage conforte clairement l’affirmation israélienne selon laquelle les morts n’ont pas été causées par un obus israélien. L’impact d’un obus de ce type eût creusé un cratère géant et répandu du sable sur toute la zone, ainsi que sur les victimes. Il n’y a aucun cratère et les lieux de la plage ne sont pas sens dessus dessous comme c’eût été le cas si un obus israélien était tombé dans le voisinage.

© Palestinian Media Watch

2. Dépêche AFP

Drame à la plage de Gaza: Israël ne serait pas responsable (médias)


AFP 13.06.06 | 08h57

L‘armée israélienne ne serait pas responsable de la mort de huit civils palestiniens tués dans une explosion vendredi sur une plage de Gaza, selon les conclusions d’une commission d’enquête militaire rapportées mardi par les médias israéliens.
La commission d’enquête dirigée par le général Meir Klifi doit présenter son rapport en soirée au chef d’état-major, le général Dan Haloutz.

Elle a établi que les huit Palestiniens, dont cinq membres d’une même famille, ont trouvé la mort dans l’explosion d’une bombe ou d’une mine placée sur la plage par le mouvement islamiste Hamas pour gêner d’éventuels débarquements de commandos de la marine israélienne, toujours selon les médias.

Les services de renseignements israéliens ont indiqué que le Hamas avait pris ces dispositions ces dernières semaines, à la suite d’informations sur l’infiltration dans la bande de Gaza d’unités militaires spéciales israéliennes opérant contre les activistes qui tirent des roquettes Qassam vers Israël.

Des sources militaires, citées par le quotidien Yediot Aharonot, notent cependant que les conclusions de la commission n’écartent pas complètement la possibilité qu’un obus de l’armée israélienne soit à l’origine du drame.

La commission a par ailleurs visionné des images de télévisions arabes et rassemblé un certain nombre de preuves pour étayer ses conclusions, toujours selon les médias israéliens.

Elle a ainsi constaté que les éclats retrouvés sur trois Palestiniens blessés par cette explosion et soignés en Israël ne provenaient pas d’un obus israélien.

D’autre part, les photographies aériennes du cratère provoqué par l’explosion sur la plage ne correspondent pas à l’impact d’un obus, mais plutôt d’une bombe ou d’une mine.

Les premiers examens de l’armée avaient d’emblée mis hors de cause l’aviation et la marine israéliennes dans ce drame, survenu alors que l’artillerie israélienne bombardait la bande de Gaza.

Celle-ci a tiré six obus et les impacts de cinq d’entre eux ont été repérés à une distance lointaine du lieu de la tragédie, mais la trajectoire d’un sixième obus n’a pas été établie.

Au vu des examens balistiques, l’armée israélienne écarte toutefois une erreur de tir de près d’un demi-kilomètre par rapport à l’objectif visé.

Les officiels et les responsables israéliens ont exprimé leurs “regrets” à la suite de ce drame, sans pourtant vouloir en assumer la responsabilité.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole de l’armée israélienne a confirmé que le rapport de la commission d’enquête sera présenté mardi soir au chef d’état-major, et qu’il fera l’objet d’une conférence de presse dans les prochains jours.

“Nous avons procédé à des examens approfondis pour découvrir la vérité, et il apparaît clairement que la certitude de la responsabilité de l’armée israélienne dans cette tragédie s’amenuise de plus en plus, et qu’en revanche celle des Palestiniens augmente”, a-t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :