31 janvier 2023
Non classé

Création d’un Etat palestinien: le Hamas brandit la menace d’une 3e Intifada

Si nos demandes ne sont pas remplies, le peuple palestinien suspendra toute initiative politique et lancera une troisième Intifada et un conflit ouvert”, a-t-il menacé. “La victoire dans ce conflit nous reviendra”.

Interrogé par l’AFP sur les demandes précises devant être remplies dans ce délai, M. Mechaal a rejeté toute idée d’une déclaration de principe.

“Notre demande nationale, et non seulement celle du Hamas, est la fin de l’occupation et la création d’un Etat palestinien dans les frontières du 4 juin 1967 – sans colonies, grandes ou petites – ainsi qu’une souveraineté véritable sur le sol et le sous-sol”, a-t-il affirmé.

“Nous refusons ce que les autres ont fait: des négociations par étapes ou une déclaration de principes. Le peuple palestinien n’a qu’une seule demande et il ne marchandera pas”, a-t-il affirmé.

“La communauté internationale doit respecter (cette demande) et amener Israël à la respecter”, a réitéré M. Mechaal. “Si nous ne l’obtenons pas par une entente sur le chemin de la paix, nous l’obtiendrons par la résistance”, a-t-il menacé.

Le responsable du Hamas, qui est basé à Damas, s’est entretenu au Caire avec le chef des services de renseignement égyptiens, Omar Souleimane, des efforts en cours depuis plusieurs mois pour former, avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, un gouvernement d’union nationale.

M. Mechaal a lié la formation de ce cabinet à la levée du blocus économique et politique imposé par la communauté internationale depuis la formation du gouvernement du Hamas en mars. L’économie palestinienne, déjà exsangue, est saignée à blanc depuis son entrée en vigueur. (?!?)

Pour reprendre ses aides aux Palestiniens, la communauté internationale exige que le Hamas reconnaisse Israël, les accords israélo-palestiniens passés et renonce à la violence, ce que le mouvement islamiste refuse.

“La formation d’un gouvernement d’union nationale dépend de certains points, dont le premier est la levée du blocus”, a dit M. Mechaal, indiquant que les efforts pour le lever “restaient vagues”.

Ce n’est “pas une demande, mais un droit”, a-t-il affirmé.(?!?)

M. Mechaal a également estimé que le gouvernement d’union “sera formé. Nous les Palestiniens formons un seul peuple. Nous n’avons d’autre choix que d’accepter. Nous sommes partenaires dans un projet national”, a déclaré M. Mechaal.

Il a rejeté sur Israël le retard dans la conclusion d’un accord sur l’échange du soldat israélien Gilad Shalit enlevé à Gaza en juin par des activistes palestiniens contre des prisonniers palestiniens.

La branche armée du Hamas est l’un des trois groupes ayant revendiqué la capture du soldat israélien. L’armée israélienne a lancé depuis une vaste série d’opérations meurtrières dans la bande de Gaza.

“Israël tergiversait et voulait que le soldat lui soit remis sans tenir compte des 10.000 prisonnières et prisonniers palestiniens”, a indiqué M. Mechaal, qui a affirmé: “il est impossible que nous les abandonnions”.

© 2006 AFP

Ajoutons pour notre part (resiliencetv) que le chef du Hamas laisse miroiter l’idée qu’une évacuation, complète, des territoires contestés serait suffisante pour faire la paix alors qu’il n’en est évidemment rien puisque pour ce parti religieux un Etat israélien (non prévu par le Coran) est une hérésie, y compris dans les frontières de…1948 ! alors 1967…

Par ailleurs, on ne voit pas au nom de quoi des implantations effectuées sur des collines auparavant non habitées et non au sein même de villages palestiniens devraient être évacuées, éradiquées, alors que s’il s’agissait réellement de paix ces implantations pourraient persister au sein d’un Etat palestinien démocratique, quitte à ce que des aménagements en terme de paiement d’un impôt foncier, voire d’une citoyenneté palestinienne (comme il existe des arabes israéliens) puisse être pensé. Or, dans le propos de cet islamiste, il n’y a rien de tel puisque à l’évidence tout le territoire serait soumis à la loi islamique, ce qui rend impossible tout autre statut que celui de dhimmis…

De plus, il est agaçant d’observer que les islam/istes exigent sans cesse que tout ce qu’ils ont conquis leur soit rendu alors que si on exigeait la réciprocité ils devraient tout simplement, et gentiment, réintégrer l’Arabie, d’où ils n’auraient jamais dû sortir, puisque depuis qu’ils l’ont fait, leur refus de changer, de se réformer, d’admettre qu’ils ont eux aussi appris, est resté intact et même de plus en plus virulent au fur et à mesure que leur seule issue est de s’abandonner dans les bras du khomeynisme aux dents atomiques.

Enfin, observons que les tentatives actuelles de réévaluer l’histoire islamique en prétendant que sans elle l’Europe aurait sombré vise en fait une seule chose : laisser croire que sans les Croisades et le Colonialisme c’est cette histoire qui dominerait le monde, d’où dans ce cas le ressentiment, la frustation, qu’alimentent nos nouveaux bourgeois de Calais peuplant médias et partis politiques, sans se douter qu’en acceptant de promouvoir un tel mensonge ils couvent l’oeuf de la bête immonde en passe d’éclore…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :