8 mai 2021
Non classé

Reprise des tirs massifs de kassem sur le Néguev

Et j’use, chaque jour, de mes prérogatives pour empêcher une riposte et pour poursuivre notre politique de retenue”a dit le Premier Ministre. Cependant, dans son entourage, on affirme qu’il entend réellement persévérer dans cette voie afin de ne pas donner l’occasion aux organisations terroristes de prétendre que c’est Israël qui a violé le cessez-le-feu.
Yediot Aharonot : Le ministre de la Défense Amir Peretz et les officiers supérieurs de Tzahal se montrent plus fermes: ils estiment qu’il faut, d’ores et déjà, mettre fin à la politique de retenue en frappant les groupuscules qui tirent ces missiles à partir de la bande de Gaza. Olmert, Peretz et les responsables de Tzahal entameront des consultations aujourd’hui pour déterminer le seuil de tolérance d’Israël face à la reprise de ces tirs.

2. Le double langage de Damas

Yediot Aharonot: Parallèlement à ses appels à la négociation sans condition avec Israël,le Président syrien Bashar Assad poursuit sa course à l’armement et continue également à transférer d’importantes quantités d’armes au Hizbollah: “Cela confirme que Damas use d’un double langage, comme nous le prétendons depuis longtemps, affirme-t-on coté israélien:d’un coté, Assad tente d’entamer un dialogue avec Israël et de l’autre, il continue à vouloir la chute du gouvernement de Fouad Siniora et fournit des armes au Hizbollah en violation de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité”.

Haaretz
: Ehud Olmert a, à nouveau, repoussé les appels à négocier lancés par Assad et s’est étonné de ce double langage utilisé par le Président syrien.

Maariv: Nouvelle source d’inquiétude en Israël: l’Iran va financer le réarmement de la Syrie. Selon Ben Caspit, les Iraniens ont promis à Damas qu’ils rembourseront les importantes dettes syriennes à la Russie. Cela devrait permettre aux Syriens de se lancer dans de nouvelles acquisitions d’armement. Et il est probable que la question a été évoquée lors de la rencontre entre Poutine et Assad, cette semaine à Moscou. A Jérusalem, on se dit préoccupé par ce nouveau rapprochement entre Téhéran et Damas. Ceci étant, au sein des services de Renseignements, la polémique se poursuit autour des intentions réelles de Damas. D’un coté, les services de Renseignements militaires estiment que les déclarations d’Assad méritent d’être étudiées; de l’autre, le Mossad et son chef Meïr Dagan, affirment que la Syrie n’a pas réellement l’intention de conclure un accord de paix avec Israël et que cette démarche est destiné à permettre à Assad de gagner du temps et d’obtenir une légitimité internationale.

Maariv: Extraits d’un document révélé par le Time londonien: ce document, préparé par le Département d’état américain, stipule que l’administration Bush a décidé de soutenir l’opposition intérieure au Président Assad en Syrie et serait en contact étroit avec plusieurs d’entre eux. Selon ce document, les Américains encourageraient et financeraient les rencontres entre responsables de l’opposition syrienne à l’intérieur même de la Syrie ou en Europe.

D’autres titres en bref

Tous les quotidiens: Nomination hier aux Affaires Etrangères de 15 nouveaux ambassadeurs et consuls généraux d’Israël. Parmi eux, les ambassadeurs d’Israël en Chine, au Japon en Espagne, en Angleterre, en Belgique et auprès de l’Union Européenne à Bruxelles. L’ambassadeur auprès de l’Union Européenne sera Ran Curiel et la nouvelle ambassadrice en Belgique sera Tamar Samash, qui fut consul général à Marseille.

Tous les quotidiens
: Nouveau rebondissement dans l’enquête de l’assassinat de la petite Taïr Zada, il y a deux semaines à Katzrin dans le Golan: après avoir reconnu les faits et reconstitué le crime, le principal suspect Roman Zadorof s’est rétracté et a prétendu qui ses aveux lui avaient été soutirés de force par la police. Mais les enquêteurs affirment que Zadorof a fourni des détails qui pouvaient être connus uniquement de l’assassin de Taïr.

Haaretz: Le coût des modifications du tracé de la barrière de sécurité exigées par la Haute Cour de Justice, suite à des recours de Palestiniens ou d’organisations pacifistes atteint, jusqu’à présent 700 millions de shekels soit la moitié de la rallonge budgétaire réclamée actuellement par le ministre de la Défense. C’est un document interne de la Défense Nationale qui l’indique. Par ailleurs, la Haute Cour de Justice a demandé hier au directeur général de l’Education Nationale en Israël de lui présenter dans les deux mois, un programme concret visant à permettre le respect des droits des écoliers et lycéens juifs et arabes palestiniens vivant du coté israélien de la barrière “sans distinction”


Yediot Aharonot
: Des députés égyptiens demandent à leur gouvernement de revendiquer la souveraineté égyptienne sur la ville d’Eilat. Selon eux, Eilat est construite sur une terre égyptienne. Mais hier, le conseiller au ministre égyptien des affaires étrangères Abdel Aziz Saïf El Nasser a déclaré devant la commission parlementaire ,chargée de ce dossier, que la terre d’Eilat n’était pas égyptienne mais …palestinienne et que la ville s’appelait à l’époque Oum Rashrash. A noter que dans cet débat, aucun des parlementaires égyptiens n’a pris la peine de mentionner la souveraineté israélienne sur la ville. Comme si l’état d’Israël n’existait toujours pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :