30 janvier 2023
Non classé

Je signe la pétition en ligne pour la liberté de penser

Nous nageons de plus en plus en pleine Inquisition (en attendant la criminalisation pour écolophobie puisque nous ne partageons pas non plus le catastrophisme climatique) alors que certains ne se gènent pas pour poser de façon politique la différence sexuelle comme étant uniquement le produit d’un choix culturel, tandis que d’autres vont encore plus loin et déifient l’homosexualité en la voyant, et cela ne date pas d’hier, comme un “élément de progrès des civilisations ” (Hugo Marsan in Le Monde du 7/3/97 à propos d’un livre de Henning Bech : When men meet : homosexuality and modernity), tout en dénigrant l’hétérosexualité perçue comme ringarde si elle n’est pas pimentée d’homosexualité, triolisée si c’est possible : par exemple dans le film de Cyril Collard Les Nuits fauves, ou encore le film d’Anne Fontaine, Nettoyage à sec, Jacques Mandelbaum y voyant par exemple dans Le Monde du 25/9/97 un aspect “ politique au sens plein du terme “.

Mais, au-delà de savoir si l’homosexualité est plutôt un accident de la Nature qu’un choix, ou l’inverse, ou, encore, si elle serait de gauche ou de droite, (ainsi il n’est pas loin l’époque où certains gays se disant de droite étaient sortis manu militari des premières Gay Pride par…Pierre Bergé en personne…), le fait est que la critique de sa mise sur un pied d’Estale, son idéologisation, s’avère, aujourd’hui, passible de justice et c’est ceci qui est grave. De même pour la critique de certains juges, alors que le nombre incroyable d’irrégularités, voire de passe droits, se multiplie en leur sein.

Ne parlons évidemment pas de la critique de l’islam qui passe aujourd’hui pour une maladie, en passe d’être elle aussi reconnue légalement et donc passible des tribunaux (en attendant de voir criminaliser toute critique remettant en cause l’idéologie du catastrophisme écologique…).

Tout ceci est purement inadmissible. Du moins dans une démocratie de Droit basée sur la Liberté et non pas seulement sur la fabrication de la Loi. La liberté de penser et de s’exprimer est en effet un droit naturel que nulle loi ne peut remettre en cause, à partir du moment où il ne s’agit pas de propos racistes ou diffamatoires, ce qui n’est jamais le cas dans aucun des cinq faits cités.

Voilà pourquoi nous vous invitons à signer en ligne cette pétition :


https://www.resiliencetv.fr/modules/epetitions/petitions.php?petitionid=16

et/ou apporter votre soutien spécifique à Charlie hebdo : soutien@charliehebdo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :