24 septembre 2020
Non classé

Volatilité électorale

Voilà bien longtemps que le procès des sondages a été instruit, et tranché : le seul vrai sondage est celui du dimanche soir. Lionel Jospin et les socialistes l’ont appris à leurs dépens en 2002, comme Valéry Giscard d’Estaing en 1981. Mais il semble que la réversibilité des résultats se soit accélérée dans cette campagne-ci. L’irruption des « directs télévisés » y est sans doute pour quelque chose. Il faut aussi tenir compte du rajeunissement des candidats. Certes on ne découvre ni Arlette Laguillier ni Marie Georges Buffet, mais peu de gens connaissaient réellement Madame Royal ou même Monsieur Bayrou : tout beau tout nouveau. Nicolas Sarkozy lui-même méritait sans doute mieux que l’image que les médias avaient donnée du Ministre de l’Intérieur. L’émission en direct qui lui a permis de se mieux faire connaître a été pour beaucoup dans son éphémère envolée, avec la complicité de Ségolène qui avait accumulé quelques gaffes redoutables.

J’en viens maintenant à ce qui me semble essentiel : la personnalisation excessive de la campagne d’une part, le désarroi des électeurs d’autre part. Ces constats m’inspirent un jugement assez pessimiste sur le futur immédiat de notre démocratie et sur les chances d’un changement salutaire.

Personnalisation : cette campagne est sous le signe du paraître, et l’allure des candidats semble compter davantage que ce qu’ils nous disent. Le bond en avant de Madame Ségolène est certainement dû à son charme personnel au cours de l’émission de TF1, mais surtout à ce geste « spontané » qui l’a conduite à aller vers un intervenant handicapé effondré en pleurs. Elle a magnifiquement joué dans le registre de la compassion. Et nul n’a relevé les propos très approximatifs qu’elle venait de tenir sur le fait « qu’il n’y avait pas assez de handicapés » dans les réunions : souhaitait-elle davantage de handicapés ? Peut-on faire de la discrimination positive pour les handicapés « comme pour les femmes » ?

Ce que l’on a retenu, c’est la bonne dame de Poitiers qui se mettait du côté des faibles, de ceux que l’Etat va entourer de ses soins, de ceux qui souffrent de leur détresse physique (du coup l’euthanasie vient naturellement dans le paysage), ou de leur choix de vie personnelle (et l’homoparentalité coule de source). Cette image sera bien plus durable que la réputation d’incompétence, pourtant largement méritée, qui pousse la dame vers le Smic à 1.500 euros, créant quelques centaines de milliers de chômeurs de plus, vers le relèvement des retraites, pour mieux ruiner les retraités dans quelques mois, vers le maintien du secteur public, producteur d’impôts, de gaspillages et d’inégalités. A travers l’exemple de Madame Royal, on comprend que le choix des Français pourrait se faire davantage sur un coup de cœur, ou sur un coup de tête, que sur un projet de société.

Désarroi : même chez Nicolas Sarkozy, le projet de société n’est pas très lisible. Sans doute met-il l’accent sur le travail, préférable à l’assistanat – ce qui le prive du vote des clients de l’Etat. Mais il a tellement promis de mesures d’opportunité, depuis le cautionnement bancaire de l’Etat jusqu’au patriotisme économique qu’il se prend souvent les pieds dans le tapis. De même Philippe de Villiers et Jean Marie Le Pen fustigent-ils les interventions de l’Etat, les impôts, et vantent-ils la libre entreprise, mais ils professent en même temps le protectionnisme national ou communautaire et mettent l’Etat un peu partout. Il y a donc de quoi être désemparé devant l’absence de projet cohérent, et pour tout dire devant une impression de « déjà vu » qui explique la montée foudroyante de François Bayrou . Car lui c’est bien le « jamais vu » : il se refuse à la démagogie, il n’est ni de droite ni de gauche, et il est l’ami de tout le monde. Cependant, à l’écouter plus attentivement, il est aussi l’ami des syndicats, des bureaucrates de Bruxelles, des écologistes, des chasseurs. Comment s’y retrouver dans un tel brouillard électoral ? Faute d’un programme complet et cohérent, inscrit dans un projet de société original, les électeurs risquent d’émettre une fois de plus un vote négatif, ou un vote passionnel, ou pas de vote du tout.

C’est ce qui explique aujourd’hui mon pessimisme. Je ne vois pas de grand élan dans la démocratie française. Je vois des candidats qui ne se résolvent pas à rompre avec l’Etat, qui ne veulent pas entrer dans le jeu de la concurrence mondiale, qui flattent les minorités et les communautés. Je vois des électeurs peu conscients de l’enjeu, sans doute faute d’une éducation et de connaissances qu’on ne leur a jamais données, faute d’une information sincère et responsable. Beaucoup d’entre eux désespèrent de la classe politique, ils la savent si lointaine de leur quotidien !

La leçon de la volatilité, c’est qu’il faut d’urgence réconcilier les Français avec la chose publique. Non pas en les enrôlant dans des partis et des corporations qui verrouillent un système obsolète, mais en les informant sincèrement et en les faisant participer au réveil de la société civile. Quelques frémissements sont encourageants : prises de position claire et nette des entrepreneurs, de certains groupes sociaux, d’associations et de clubs. Les libéraux ont accompagné cet effort en publiant le Guide du candidat : contribuables, chefs d’entreprises, parents d’élèves, assurés sociaux se retrouvent dans ce qui constitue un véritable projet de société. Chez nous comme ailleurs le libéralisme ne naîtra pas d’un coup d’Etat, d’un homme providentiel. Rien de profond ni de durable ne peut se faire si les Français ne prennent pas conscience de la gravité de l’heure et si, dûment informés, ils ne comprennent pas que la solution est dans une rupture avec la tradition étatiste, jacobine et socialiste pour construire le futur de la liberté.

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :