25 septembre 2020
Non classé

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Sarkozy

En ce qui concerne votre souhait de généraliser en Europe l’enseignement de deux langues étrangères, c’est ce qui se fait généralement, à l’initiative de l’Union Européenne: langue maternelle + deux langues vivantes étrangères. Et cela n’empêche en rien l’hégémonie de l’anglais.
En ce qui concerne votre refus de ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales, permettez-moi de vous dire que vous faites fausse route.

Dans votre refus, je crois déceler un refus du communautarisme. Or, la reconnaissance de jure et de facto des langues régionales est un rempart efficace contre le communautarisme.

Peut-être avez vous perçu à tort les locuteurs des langues régionales comme un foyer potentiel de communautarisme ? Il n’en est rien. Les régionalistes, fédéralistes de France n’ont pas besoin d’être “communautaristes” pour exister, mais par contre ils ont besoin que l’on leur rende la parole qui leur a été confisquée. Les langues régionales, les cultures régionales, l’histoire de nos régions ont été confisquées, et les provinciaux que nous sommes sentent bien que leur parole n’est pas écoutée. D’où retour sur l’identité et la langue régionales.

Je suis attaché à cet art de vivre ensemble qui caractérise la France, je suis attaché à la langue française, je suis Breton et militant du fédéralisme des régions françaises et européennes, mais je ne souscris pas au phénomène communautaire qui se développe en France et que l’on veut nous faire passer pour l’application d’une citoyenneté moderne, harmonieuse et j’en passe….

Oui, il y a une affirmation des communautarismes de plus en plus importante en France. Oui, c’est en France que cela se passe, en réaction et à cause de l’état jacobin centralisé. Mais à qui la faute ?

Le communautarisme est l’aveu de faiblesse ultime de l’état centralisé et jacobin, et devient petit à petit un argument pour diviser la société en communautés qui seraient amenées à plus ou moins cohabiter ensemble Comment, avec qui, pourquoi, ça on ne vous l’explique pas… Sans vouloir exagérer, on a vu vers quel destin le communautarisme a mené les populations des Balkans.

Ce phénomène de communautarisme est en opposition totale avec les valeurs d’un état fédéral et libéral, tel que nous l’espérons. Seul un état fédéral, fondé sur les Régions et les Pays de France peut être le rempart à la division des hommes selon leurs croyances, leurs superstitions et la couleur de leur peau.

C’est pourquoi nous revendiquons un fédéralisme, conçu comme un anti-communautarisme de proximité, permettant l’échange d’informations, l’exercice des libertés démocratiques et la prise en compte de l’ensemble des populations, dans le respect mutuel d’une règle commune, établie contractuellement entre l’état fédéral et les fédérations régionales.

Pour toutes ces raisons, je vous prie de bien vouloir revenir sur votre première appréciation négative et vous montrer plus favorable à la ratification de la Charte Européenne des Langues régionales.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes sentiments respectueux et dévoués.

Claude Guillemain
Président de Breizh 2004
E-mail: claudeguillemain@yahoo.fr
Tel: +258 21 49 22 25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :