2 février 2023
Non classé

Jérusalem : la communauté internationale reste partiale contre Israël

Pour l´heure, la Ligue des pays arabes suggère à Israël un « plan de paix saoudien » douteux, fondé sur les frontières de 1967 et comportant des modifications esthétiques. Il propose de démanteler les implantations juives dispersées au sein de la Cisjordanie, de faire de la vieille ville de Jérusalem-Est la capitale de la Palestine, d’ouvrir les frontières pour des millions de palestiniens et de placer les soit disant « Lieux saints musulmans » sous souveraineté arabe !!

C´est l´offre la plus dangereuse que puisse accepter Israël de la part des Palestiniens. Et ce, au prix d´une fracture sans précédent de la société israélienne et d´un séisme politique qu’Israël va courir derrière une offre fastidieuse et incertaine.

Je me demande comment Le peuple juif doit renoncer radicalement à plusieurs de ses prétentions historiques et théologiques, à nombre de ses vieux rêves légitimes et à ses aspirations religieuses, alors que la doctrine fâcheuse des ennemis d’Israël demeure toujours intacte !

Mais il est clair que Les palestiniens rejetteront une paix durable. Leurs responsables réclament à présent ouvertement le soit disant ” droit au retour ” , tout en méconnaissant cyniquement le sort de centaines de milliers de juifs chassés ou ayant fuis leurs foyers dans les pays arabes au cours de cette même guerre.

La reconnaissance du ” droit au retour ” palestinien revient touts simplement à abolir le droit à l´autodétermination du peuple juif. Il fera du peuple juif une minorité ethnique à la merci des musulmans, une ” minorité protégée “, des dhimmis comme le souhaiteraient les intégristes musulmans.
La reconnaissance du ” droit au retour ” équivaut à l´annihilation d´Israël et aux valeurs démocratiques qu’elle représente. C’est normal donc qu’Israël soit prêt à un compromis, mais pas au suicide démographique que veut lui imposer les palestiniens et derrière eux notre ligue arabe.

Si La résolution initiale de l´ONU, en novembre 1947, adoptait la création de deux Etats, arabe et juif, sur cette terre convoitée. Cependant, le droit au retour revendiqué aujourd´hui par les Palestiniens signifie qu´” au lieu de deux Etats pour deux nations “, il y aura en fin de compte deux Etats arabes sur cette terre.

Face à l´absolue radicalisation des revendications palestiniennes, encouragée par des pays arabes (que je m’abstiens à nommer ici) les pacifistes israéliens ne peuvent plus prétendre qu’il faut seulement qu’Israël fait des concessions. Ils ne peuvent plus soutenir non plus, comme ils l´ont fait durant des décennies, que ” l´occupation israélienne des territoires palestiniens est le seul obstacle à la paix “.

Il conviendrait que les colombes d´Israël revoient leur position. Au lieu de proclamer que l´occupation des zones palestiniennes fait obstacle à la paix, ils devraient reconnaîtrent, que même après le retrait de Gaza (qui était à mon avis une erreur fatale) les palestiniens ne sont même pas prêts pour renoncer à la violence aujourd’hui .Encore leurs hostilités internes qui perdurent à l’heure actuel témoignent bien d’une immaturité et d’un échec total à s’auto gouverner.

Le retrait et le démantèlement des dizaines de petites implantations catapultées dans le territoire de Gaza, dans l´intention de trouver un vraie partenaire palestinien pour la paix et un futur compromis, a fragilisé Israël plus qu´il ne la renforcé. Israël en ressort affaibli et dans une situation contestable.

Je n´adhère pas à l´idée fallacieuse et stérile que le retrait des israéliens aux limites de 1967 amènera la paix car Gaza nous illustre un exemple. Maintenant Israël est invité à déployer ses forces le long de lignes de Gaza pour faire face aux réalités des menaces qui font de ce territoire le centre du terrorisme palestinien.

La ligne du retrait de Gaza ne devait pas être prise pour des frontières qui protége les terroristes d’une nouvelle incursion israélienne. Entre-temps, toutes ces attaques de roquettes palestiniennes menées contre ces lignes devaient être considérées comme un frein à la folie des concessions israéliennes et un motif pour la nécessité de la poursuite des criminels, bref comme une agression, habilitant donc Israël à exercer son plein droit à l´autodéfense.

J’espère que les exercices des instances de commandement de Tsahal, et les différentes simulations des officiers supérieurs de l’armée ont bien aboutis.

Au plan politique, tout futur signe du revirement de l´attitude des Palestiniens serait la volonté de négocier avec Israël non ” le droit au retour ” (comme le préconise la ligue arabe) mais une solution globale, au problème de la sécurité dans la bande Gaza.

L’autorité palestinienne devrait s´engager en ce sens à sanctionner le trafic des armes et détruire les ateliers qui fabriquent ou cachent les roquettes Kassam, car cette condition n’a pas été remplie par les autorités palestiniennes depuis la constitution de ce gouvernement d’unité national. Le courage et volonté de faire régner la paix ont toujours fait défaut chez les responsables palestiniens.

Rappelons nous par contre que Le gouvernement d’union nationale d’Ariel Sharon qui fut soutenu par une écrasante majorité d’Israéliens, dont la volonté d’arriver à la paix, a été bafoué par une autorité palestinienne laxiste et manipulatrice (dirigé à l’époque par Arafat)

En attendant un revirement de l’attitude palestinienne, j’espère que l’actuel cabinet israélien a l’intention de faire des opérations limités dans la bande de Gaza, car il ne fera dans ce cas qu’appliquer le droit à l’autodéfense le plus légitime d’un gouvernement démocratique, en éliminant les roquettes du kassam avant qu’elles ne tombent sur les écoles et les rues piétonnes.

L’espoir pour les palestiniens ne reviendra que lorsqu’ils remplaceront le gouvernement du Hamas terroriste impénitent, qui les mène à leur perte, par des dirigeants plus raisonnables et moins lâches.

Pour les israéliens , la commémoration de la réunification de la ville de Jérusalem restera à jamais la meilleure victoire que l’armée Israélienne a offert à son peuple après des siècles que les juifs n’ont pas eu accès aux lieux saint du judaïsme . Malgré ce boycottage inapproprié de la part de l’occident, le Yom Yérouchalaim devra rester un jour de fête et de joie proclamant sans peur que “Jérusalem réunifiée est la capitale éternelle et indivisible du peuple juif “.

tunirael@laposte.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :