25 septembre 2022

Lettre ouverte à Jean-François Copé : arrêtez la folie Hadopi!


Monsieur Copé,
 
    Nous sommes nombreux à ne pas bien comprendre pourquoi vous vous acharnez tant à faire voter la loi dite HADOPI dont la lettre et l’esprit, selon nous, recèlent tous les ingrédients conduisant à l’impasse.
 
    Sans entrer dans le détail technique de ce projet de loi, je m’autorise à penser, et à vous dire, que ce texte est non seulement liberticide mais aussi scélérat dans le sens où il se substitue, sans aucun recours tangible, au judiciaire.
 
    A tort ou à raison mais à une très forte majorité, les Français paraissent considérer, en l’état, qu’ils seraient alors purement et simplement victimes d’une grave atteinte à leur droit fondamental, autres temps autres moeurs, d’accéder à l’Internet.
 
    Cette prise de position populaire n’est en effet nullement dénuée de fondement dès lors que, finalement, la révolution des technologies de l’information et de la communication est si véloce qu’aucune loi ne parviendra jamais à en anticiper le cours.
 
    Facteur aggravant, l’installation d’une Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI), entité administrative habilitée à se substituer à l’ordre judiciaire, revient en fait à créer, sacralisant l’arbitraire, ce qui ressemble furieusement à une police parallèle.
 
    J’en veux pour preuve la mésaventure dont un ami fut la victime avec la HALDE dans le rôle-titre. N’avait-il pas eu le front d’adresser, sur FACEBOOK, un satisfecit au président Jacob ZUMA, nouvellement élu, qui avait émis le voeu que les fonctionnaires sud-africains "travaillent dur et (qu’ils) s’investissent complètement dans leur tâche" ce que mon ami avait osé commenter d’un sonore "De même en France, Monsieur le Président !!".
    
    Donnant alors lieu à une stupide, irrationnelle et caricaturale intervention de la HALDE En Ligne à 10:37 le 7 mai, je cite : "AVERTISSEMENT HALDE ! Votre soutien pour le nouveau président sud-africain est discriminatoire envers les autres candidats non-élus. Veillez à modérer vos propos. La HALDE en ligne // Luttons ensemble contre les discriminations !".
 
    Une injonction immédiatement suivie du message suivant à 10:38 le 7 mai : "RECTIFICATION HALDE. Jacob ZUMA étant le seul candidat, vos propos ne sont donc pas discriminatoires. Veuillez nous excuser. La Halde en ligne / Luttons ensemble contre les discriminations !". Franchement, quel micmac !!
 
    Monsieur Copé, à la lumière d’une telle expérience, dont on ne saurait douter de l’authenticité tant notre malheureux pays est coutumier du fait, ne croyez-vous pas que le concept même d’HADOPI doit être récusé par de telles pratiques dont la multiplication trahit et, surtout, déshonore la démocratie libérale ?
 
    Finalement, M. le Député, pardon, mais à qui voulez-vous réellement plaire ? A des groupes de pression du show-biz, aussi légitimes puissent-ils apparaître à vos yeux, ou bien encore au Prince dont la volonté, envers et contre tous, doit s’imposer au Parlement ? 
 
    Cher Monsieur Copé, si j’étais vous, ce qu’à Dieu ne plaise, j’y réfléchirais quand même à deux fois avant de m’échiner à faire voter une loi à l’évidence superfétatoire et peut-être même, à bien y prendre garde, à deux doigts d’être scélérate ! Sait-on jamais ce que l’avenir peut vous réserver ?

Librement !

http://sully1.typepad.com
02400 FRANCE
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :