6 février 2023

Don Montebourg et le moulin Titan

Et le spectacle continue : à ma gauche le gentil Don Quichotte en marinière de la démondialisation heureuse, à droite le méchant texan à 1 euro horaire entre les dents, au milieu la réalité de ce conte à dormir debout.

Et les arguments pleuvent drus, en particulier ceux de la CGT : " nous avons la meilleure productivité horaire du monde" ; sauf que ce seul critère est insuffisant pour juger de la réelle vitalité d'une économie parce qu'il ne suffit pas de produire le plus vite, il faut aussi pouvoir rendre performants des produits et surtout les vendre ; et à quoi bon une meilleure productivité horaire fabriquant des diligences? De plus, augmenter l'intensité de travail signifie surtout que l'on demande plus sans embauche supplémentaire ; c'est que celle-ci coûte trop cher ; et le tout ne fait en plus qu'accroître le stress des travailleurs encore en poste. En fait la hausse de la productivité horaire est tout sauf une bonne chose, car elle symbolise plutôt son contraire : le fait que l'on n'arrive pas à mieux répartir la charge de travail du fait du poids financier trop important qui en résulterait en cas de nouvelles embauches.

C'est ce que refuse de comprendre la CGT, la même qui fait couler les journaux (avec le syndicat du livre) dans le port de Marseille (les dockers), et qui s'appuie sur l'idée (neuve) que le patron n'est qu'un exploiteur, que le profit n'est uniquement que du travail non payé ou la vieille analyse marxiste qui n'est en réalité valable que pour les entreprises en faillite, ou en position de faiblesse au niveau mondial, puisqu'elles n'ont plus que l'expédient de la hausse de la productivité pour se maintenir la tête hors de l'eau alors que le profit véritable se fait lorsque le prix de vente est franchement supérieur au prix de revient parce que la marchandise est réputée ou en position dominante. 

Le syndicat "fou" tel que le catalogue Taylor dans sa lettre préfère défendre les privilèges de caste d'une dérive mafieuse comme il a été vu à Marseille, au Havre, et ailleurs…

Il est dommage que les médias en général fassent confiance dans l'analyse économique industrielle à ce type de syndicalistes qui s'y connaissent autant en économie que leurs collègues soviétiques de l'époque, c'est-à-dire pas vraiment, c'est le moins que l'on puisse dire, même si leurs arguties juridiques arrivent encore à maintenir le statu quo sur la ligne Maginot du social. Pour combien de temps ? Alors qu'il serait possible de mieux faire : les plans sont là ils dorment seulement à l'abri des regards citoyens, pour la plus grande joie des bénéficiaires étatistes, bien heureux de pouvoir agiter un Titan plutôt que rien…

Or, une autre voie est possible…

Lucien SA Oulahbib 21/2/2013     : (inscrivez-vous sur le site de resiliencetv.fr , cliquez sur "connexion" puis cochez sur la case adéquate pour recevoir automatiquement les nouveaux posts, vous pouvez aussi faire des dons directement sur le site)

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

3 réflexions sur « Don Montebourg et le moulin Titan »

  1. Ping : check this out

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :