25 janvier 2022

REFLEXIONS SUR L’ETAT DE LA FRANCE

A l’occasion des festivités du quarantième anniversaire de la prise de pouvoir du colonel KHADAFI, Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération chargé de représenter le président SARKOZY à Tripoli, a déclaré ce qui suit :
 
    Mouammar KHADAFI "est devenu fréquentable. En 2003, il a renoncé au terrorisme. La Libye va dans la bonne direction. Certes, il y a encore beaucoup de choses à faire. En tout cas, vu depuis notre démocratie à nous".
 
    Quand JOYANDET déclare : "vu depuis notre démocratie à nous", je me permets alors de penser que M. le secrétaire d’Etat veut signifier que la Grande Jamahiriya arabe populaire et socialiste est elle-même une démocratie exemplaire !
 
    A Paris, alors que les réunions ministérielles se succèdent pour essayer de trouver une parade à l’inexorable montée de la violence, de telles fréquentations de mauvais goût ne sont pas faites pour calmer le jeu, tout spécialement dans nos banlieues.
 
    C’est en tout cas le sentiment de Chahdortt DJAVANN, romancière et anthropologue née en 1967 en Iran et installée en France depuis 1993, qui écrit ce qui suit dans son excellent petit livre intitulé "Bas les voiles !" (collection Folio chez Gallimard 2006).
 
    L’on voudra bien me pardonner de citer longuement Mme DJAVANN, mais c’est comme en musique, je suis incapable d’abréger l’écoute d’une oeuvre musicale géniale dont, pour rien au monde, je ne voudrais rater la coda :
 
    Exposition : "Le fait que les gouvernements occidentaux soutiennent les régimes dictatoriaux et théocratiques et rivalisent pour passer des accords de toutes sortes avec eux au nom de la compétition économique mondiale, n’est plus un secret pour personne. Et, si condamnable que soit cette politique internationale, au nom des intérêts nationaux, elle ne rencontre pratiquement aucune opposition sérieuse dans aucun pays démocratique. Est-ce que à long terme, le relativisme de la politique extérieure va déteindre sur la politique intérieure ?
 
    Coda : "Quelle politique envisage le gouvernement pour résoudre les problèmes de plus en plus importants des banlieues peuplées d’immigrés du tiers-monde ? Nos politiciens vont-ils opter pour des pouvoirs locaux, des "dictatures modérées", pour assurer la sécurité et empêcher les débordements ? La démocratie occidentale, malgré ses insuffisances, reste le meilleur système existant. Je pense qu’avec la montée du libéralisme sauvage, de l’extrême-droite, des religions et du communautarisme ethnique, elle court de réels dangers".
 
    Aussi, pourquoi aller se vautrer dans des pays notoirement antidémocratiques dont les dirigeants, connus pour leur détestation publiquement assumée de la liberté, se moquent ouvertement de votre faiblesse ? N’est-ce pas ce qui se passe actuellement avec la Grande-Bretagne, la Suisse… et les autres ?
 
   Alain JOYANDET affirme donc que Khadafi aurait renoncé au terrorisme en 2003. C’est totalement faux ! Khadafi a simplement changé son fusil d’épaule. Il pratique désormais un terrorisme psychologique d’usure dont les infirmières bulgares, hier, et Abdelbaset Ali Mohmed al MEGRAHI, aujourd’hui, y compris les deux citoyens suisses toujours retenus en Libye malgré de plates excuses de la Suisse, sont ses plus beaux faits d’armes.
 
    KHADAFI n’a plus qu’une idée en tête : rendre fou le ventre mou de l’Occident, en l’occurrence l’Europe, en visant par ricochet la totalité de l’Occident honni. C’est certainement une idée complètement folle mais le dictateur libyen y croit dur comme fer. Dans l’état actuel de l’Europe tout au moins, a-t-il vraiment tort de poursuivre une telle chimère ? Son fils Seif el Islam KHADAFI doit bien être dans la confidence…

Librement !
Philippe (Sully) ROBERT
Membre du Parti libéral démocrate
http://sully1.typepad.com
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :