7 février 2023

Irak: la fin du nationalisme arabe, dix ans après

Voilà ce que ne comprennent pas ceux qui se gaussent aujourd'hui des "piètres" résultats atteints par les USA en Irak : alors que le coup de boutoir contre Saddam a en fait permis aux Kurdes de renaître, il a aussi bousculé les compromis vermoulus entre régimes militaires, nationalistes arabes, et islamistes, au profit de ces derniers, certes, mais pas seulement puisque rien n'est encore joué dans les pays du feu nationalisme arabe.

En tout cas l'effondrement du baasisme a montré que les rivalités séculaires entre shiites et sunnites sont indépendantes de la "domination impériale US", et qu'elles ont ressurgi lorsque le couvercle a sauté (comme cela s'est passé dans la feu Yougoslavie entre Croates, Serbes, et Bosniaques).

Aussi la confrontation, réelle, entre Réformateurs et Conservateurs peut reprendre, et l'on s'aperçoit que parmi ces derniers s'inscrivent nombre de partisans étatistes de droite et de gauche (tels Chevènement, Chirac, Le Pen…) qui ne font que remettre au goût du jour le vieux débat entre communauté et société (Gemeinschaft and Gesellschaft) en penchant, par haine de la liberté, pour une certaine forme d'autoritarisme, d'où leur indulgence envers Saddam par exemple. Il est regrettable que certains commentateurs par égal refus de la génération 68 en sus en viennent à oublier que c'est à Churchill, affreux individualiste, et non pas à Staline ou à De Gaulle que doivent s'adresser leurs louanges….

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :